Népal : Tour des Annapurna

Le tour des Annapurna restera le tour des Annapurna, nonobstant la construction de la piste. Inutile de tourner autour du pot, on préfère la version haute route en 22 et 25 jours, mais on ne peut pas toujours disposer du temps nécessaire, voici donc un voyage de 15 jours, parfait pour un premier pas au Népal. Le tour des Annapurna, restera la bonne première marche. 

Et puis, le tour des Annapurna possède également une diversité de paysages que l’on ne retrouve pas sur les autres treks classiques. Parce que l’on commence à marcher dans une vallée à la végétation luxuriante, que l’on traverse l’étage alpin pour arriver aux pieds de deux sommets de plus de 6000m au passage du Thorong et enfin que l’on arrive dans les paysages du Mustang. Si, les différents étages de végétation sont présents dans d’autres tours, l’arrivée dans la vallée de Jomsom avec les paysages arides du bas Mustang sont très spécifiques et donnent envie aussi d’aller faire un tour dans le haut Mustang.

JOUR 1 – Départ de France pour le Népal

JOUR 2 – Kathmandu

Le tour des Annapurna est bien souvent une première expérience au Népal, un premier voyage au pays des dieux. L’arrivée aussi est un peu magique. L’avion s’approche de la chaîne himalayenne et déjà on discerne parmi les nuages des hautes, très hautes montagnes. Entre ciel et terre le petit royaume népalais est bien un creuset unique, si le temps est clair et que vous êtes installé à un hublot gauche de l’avion vous pourrez peut être avoir une première vue sur l’Annapurna et sa chaîne. Une fois arrivé à Kathmandu, vous serez accueillis à l’aéroport et serez conduits à l’hôtel pour le briefing.

 

JOUR 3 – Kathmandu – Tal (1700m)

Ce trek commence par un trajet en bus. Direction plein ouest pour la région des Annapurna. Le bus emprunte la route commerçante pour l’Inde, l’axe principal entre le Népal et l’Inde. Une ambiance de ce coin d’Asie, la route s’enlace autour des montagnes, longe la rivière Trisuli pour enfin la traverser en direction de Pokhara, seconde ville du Népal. Mais avant d’arriver à Pokhara, direction Besi Sahar. Puis nous continuons selon disponibilité des jeeps jusqu’à Tal en véhicule ou à pied. La piste donne déjà l’ambiance de l’aventure dans laquelle nous nous engageons. En Himalaya, la nature impose ces règles et oblige les hommes à une lutte permanente.

Au fur et à mesure de notre progression, la vallée se rétrécit. De gigantesques cascades rejoignent le cours tumultueux de la Marsyangdi. C’est un de ces torrents himalayens qui alimentent une bonne partie de la plaine de l’Inde en eau. Là où les rizières occupaient tous le tour des villages, ce n’est plus que verticalité. La végétation est débordante, couvre chaque rocher. Nous arrivons au petit village de Tal en rive gauche de la Marsyangdi.

Kathmandu – Besi Sahar : 6 heures

Besi Sahar – Tal en jeep privée : 5 heures

 

JOUR 4 – Tal – Timang (2750m)

La vallée est toujours orientée nord/sud jusqu’à Darapani, c’est le point de jonction entre le tour du Manaslu et le tour des Annapurna. Juste après Darapani, le sentier offre une vue sur une immense dalle qui a canalisé la rivière. L’influence tibétaine devient plus prégnante à l’approche de Timang. Nous entrons en pays Bhotia, l’ethnie représentée par les tibétains installés depuis des siècles au Népal.

Marche : 5 heures, +1100m/-100m

JOUR 5 – Timang – Pisang (3200m)

A Timang, les villageois étaient habitués à une vie pastorale. Quelques familles ont encore des yaks dans les alpages au-dessus du village, un ubac généreux en période de mousson. Cette étape est également synonyme de notre entrée dans l’étage alpin. Les forêts de conifères prennent la place des murs végétaux qui faisaient notre seul horizon des derniers jours. Les sommets prennent progressivement place dans notre ciel. Le Manaslu est juste dans notre dos, à main gauche la chaîne des Annapurna. Pisang, en marge de l’itinéraire classique du tour des Annapurna a conservé une vie rurale et une culture tibétaine plus forte, c’est la raison de notre bifurcation à cet endroit.

Arrivé à l’étape, prenez le temps de vous perdre dans les ruelles du vieux village entre les murs de moulins à prière et la gompa (monastère), il y a toujours une vie à observer, essayer de comprendre un peu la vie népalaise et échanger avec les jeunes qui parlent anglais.

Marche : 5 heures, +800m/-150m

 

JOUR 6 – Pisang – Ngawal (3650m) par le camp de base du Pisang peak

Du vieux village de Pisang, un sentier part, droit dans la pente, sans compromis, juste quelques lacets. Nous prenons la direction du cap de base du Pisang peak. Peu importe si nous l’atteignons ou pas, l’essentiel est de monter à SON rythme et de prendre un peu d’altitude pour profiter d’un panorama d’exception sur le massif des Annapurna et toute la vallée. Ce petit aller/retour en altitude donne à nos organisme un petit goût de l’altitude et des adaptations que nous allons lui demander.

En balcon, voilà notre progression de retour dans la vallée des Annapurna. Ce serait d’ailleurs plutôt en terrasse car les villages de Pisang à Ngawal en passant par Gyaru sont entourés de vastes terrasses bien exposées au sud. Le sentier passe à travers champs, parfois une aube en bois alimentée par un ruisseau fait tourner un moulin à prière, plus loin, c’est un chorten. La vue sur les sommets est maintenant complètement dégagée sur toute la chaîne des Annapurna, les faces nord montrent leurs impressionnantes flutes de glace et leurs séracs.

Marche : 6 heures, +400m/-50m

 

JOUR 7 – Ngawal – Khangsar (3700m)

Le lever de soleil ce matin est un temps fort du trek pour qui est prêt à sortir de son duvet de bonne heure. Les premiers rayons commencent par lécher les crêtes des Annapurna avant de basculer au sud. Nous partons en descente douce vers Manang le bourg principal des Annapurna. Manang a une communauté puissante à la fois sur place mais aussi à Kathmandu et même à l’étranger (voir le commentaire du jour 17 sur l’itinéraire Haute route des Annapurna en 25 jours).

Le tourisme de masse ayant pris possession de cette petite ville de montagne, on lui préfère le village de Khangsar resté lui traditionnel et permettant de ne pas « casser » notre progression en altitude.

Marche : 4 heures, +400m/-350m

 

JOUR 8 et 9 – Khangsar – Yak Kharka (4050m) puis Phedi (4450m ou 4800m)

La règle de l’acclimatation que dicte nos organismes et le terrain veulent que ces deux étapes soient courtes. Nous montons progressivement dans un paysage épuré. Quelques plantes se disputent encore une place entre les pierres, tenaces. Le ciel est de plus en plus pur mais l’intérieur des lodges a vite notre préférence une fois le soleil passé derrière la frontière des cimes himalayennes.

Marche : 4 heures, +400m/-100m

Marche : 4 heures, +400m

 

JOUR 10 – Phedi – Jarkoth (3550m) ou Muktinath (3750m)

« The D day » comme on dit outre-manche. Le départ est nécessairement matinal pour avoir les meilleures conditions possibles au passage du col, vent, couverture nuageuse et au matin, neige dur. Si Thorong peak est un classique et tend à être banalisé, un dramatique retour de mousson en 2014 a rappelé que l’on ne passe pas un col de 5000m en Himalaya avec désinvolture. Le guide décide en fonction des conditions de l’heure de départ.

Le départ est un peu raide, la lenteur est de mise. Puis la pente s’adoucit, le col est long à arriver mais progressivement les glaciers du Khatungkang et du Yakawakhang se dessine respectivement à notre gauche et notre droite. Ils inspirent l’humilité, d’autant que l’on est proche. Une raison de comprendre la dévotion des hindous pour ce lieu.

La descente est longue, inutile de se dépêcher, le panorama s’ouvre sur le Dhaulagiri et la vallée aride du Mustang, alors autant en profiter. Selon la forme de tous, nous poussons jusqu’à Jarkoth ou stoppons à Muktinath. Victime de l’affluence des pèlerins hindous qui accèdent maintenant par la piste à ce lieu sacré, Muktinath s’est beaucoup développé, un peu trop à notre goût. Donc, Jarkoth restée dans un tourisme raisonnable retient notre préférence si la forme physique permet d’y arriver. Et oui, c’est la très grosse journée du trek.

Marche : De 8 à 12 heures, +1000m/-1850m

 

JOUR 11 – Jarkoth – Jomsom (2800m)

Jarkoth représente parfaitement le type de villages du Mustang. Bien que ne faisant pas partie de la zone nécessitant un permis, la région englobant Jarkoth, Muktinath et pratiquement jusqu’à Jomsom fait partie du Mustang géographique. Paysages arides, maisons aux toits plats, monastère dominant le village, chorten aux trois couleurs du Mustang, le gris, l’ocre et le blanc, vous êtes bien en pays mustangui. Pour éviter la piste maintenant empruntée par quelques jeep, nous bifurquons vers Lupra en passant une colline. Le village de Lupra accroché à la montagne, de petites ruelles est aussi typiquement dans la culture du Mustang. Cette partie du trek contraste avec les paysages que nous avons vus jusque-là et c’est bien la particularité du tour des Annapurna et ce qui fera de ce circuit toujours un des plus beaux et des plus diversifiés autant en terme de paysages que de cultures.

Arrivé à Jomsom, c’est déjà un peu le retour à la civilisation, l’altiport, quelques véhicules, le commerce, on reprend pied dans le XXIème siècle.

Marche : 6 heures, +200m/-950m

 

JOUR 12 -Vol Jomsom – Pokhara et KTM

Les compagnies au Népal ne brillent pas par leur sérieux en matière de sécurité mais les pistes non plu ne peuvent pas être comparées à ce que l’on connait en Europe. Et autant le vol entre le Dhaulagiri et l’Annapurna est beau, autant la piste est longue (8 à 9 heures). Nous partons donc de bonne heure pour l’altiport de Jomsom. Une fois arrivé à Pokhara, une connexion de vol est nécessaire pour rejoindre Kathmandu. Il est également possible de prendre la piste de Jomsom à Pokhara puis le lendemain prendre la route pour Kathmandu.

JOUR 13 – Kathmandu

Kathmandu est un petit joyau architectural. Si le tremblement de terre à très endommagé le Durbar square de Kathmandu, ce n’est pas le cas de celui de Bhaktapur. Cette citée newar est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Puis, un transfert nous conduit avec le guide culturel à Pashupatinath, lieu de culte hindou où ont lieu les crémations. Enfin, nous terminons la journée par la visite de Bodnath. Lieu sacré pour les bouddhistes, c’est également le centre du quartier bouddhiste et tibétain. 

JOUR 14 – Départ de Kathmandu

Votre séjour touche bientôt à sa fin, nous vous accompagnerons à l’aéroport. 

JOUR 15 – Arrivée en France

Selon la durée de votre escale, vous arrivez ce jour ou la veille.